Coronavirus …

25 juin 2021

Coronavirus … bĂ©nĂ©fique ou malĂ©fique ?

Voici un sujet Ă  polĂ©mique
et d’actualitĂ© qui fait dĂ©bat actuellement pour chacun …

À vrai dire, une rĂ©ponse binaire serait trop simple, car ce qui se passe actuellement nous touche tous de prĂšs et les consĂ©quences que nous observons chaque jour nous offrent Ă  chacun la possibilitĂ© de mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons.

Que nous adhĂ©rions Ă  la vision complotiste ou que nous y voyions une symbolique spirituelle inĂ©vitable « couronnant » ce dĂ©but d’annĂ©e 2020 ou que nous soyons juste et simplement convaincu par la malchance d’une mutation malencontreuse d’un virus …

Que nous soyons pour ou contre les mesures prises et celles qui le seront dans les prochains jours, nous vivons une véritable opportunité de mieux nous connaßtre aussi bien individuellement et collectivement.

Les consĂ©quences matĂ©rielles de cette Ă©pidĂ©mie nous touche chacun de maniĂšre diffĂ©rente … dans mon cercle de connaissances certains se retrouve Ă  la maison prĂšs de leur famille et de leurs enfants et vivent des moments privilĂ©giĂ©s qu’ils n’avaient pas vĂ©cus depuis longtemps … et d’autres voient leurs Ă©vĂ©nements et projets annulĂ©s et doivent intĂ©grer qu’ils n’auront aucune source de revenu pour leur famille cette annĂ©e …

Nous connaissons bien les chiffres mortels du tabac, de l’alcool ou du froid qui tuent des personnes chaque annĂ©e sans trier la population, ou les chiffres que les guerres que nous faisons, les famines et la pollution mondiale entraine et qui dĂ©ciment des dizaines de milliers de personnes chaque mois ….

Sans compter notre planĂšte qui est contaminĂ©e par un autre virus bien plus grave que peut ĂȘtre le dĂ©ni de l’urgence d’un autre fonctionnement de notre mode de vie actuel 


il est Ă©vident que nous pouvons ĂȘtre surpris que des situations aussi grave puissent ĂȘtre autant ignorĂ©es et de constater que ce « petit » virus gĂ©nĂšre un tremblement mondial bousculant notre vie Ă  chacun … 

Comme dit un proverbe … si tu penses que tu ne peux pas changer le monde parce que tu est trop petit … dors avec un moustique dans ta chambre et essaie de l’ignorer.

Il semble que ce virus incarne ce petit moustique et nous offre une possibilitĂ© de rĂ©aliser et de rĂ©veiller certaines choses …

Aujourd’hui je n’écris pas cela pour prendre parti, ou pour orienter une vision plutĂŽt qu’une autre … ni pour amener Ă  une rĂ©volte intĂ©rieure, car je sais que celle-ci est dĂ©jĂ  prĂ©sente de nombreuses maniĂšres, et ce depuis bien longtemps chez beaucoup d’entre vous.

Je partage ce texte pour inviter chacun Ă  prendre le temps de regarder en lui ce que cela touche, comment chacun d’entre nous rĂ©agissons-nous Ă  cela intĂ©rieurement ?

Quelle peurs sont présentes ?

Quels sont les espaces que ces inquiétudes colonisent en premiers si elles sont présentes ?

Nous sentons-nous stable face aux décisions politiques prises et à leurs conséquences ?

C’est peut-ĂȘtre la premiĂšre fois que nous pouvons rĂ©aliser de maniĂšre aussi concrĂšte et impĂ©rative, du moins pour notre gĂ©nĂ©ration, Ă  quel point nous sommes liĂ©s et Ă  quel point chacun de nos gestes et de notre comportement individuel peuvent avoir une incidence rĂ©elle sur notre quotidien et ceci au niveau mondial.

Que cultivons-nous lors de nos partages mutuels en ce moment ? avec nos amis ? nos proches ?

Des partages qui rassurent notre entourage ou un pragmatisme alarmant qui attise une certaine psychose ?

La contagion n’existe pas que sur le plan physique 
 car si les virus ont besoin d’un terrain faible pour s’enraciner, les peurs recherchent le mĂȘme terrain dans l’esprit de chacun 


C’est aussi un bon moment pour regarder ou nous en sommes dans notre confiance intĂ©rieure.

Nos pratiques intérieures portent-elles vraiment leurs fruits ? Trouvons-nous en nous cette évidente confiance face aux évÚnements ou situations incertaines futures ?

ou nous sentons-nous pris par cet « égrégore » qui fait que nos pensées sont préoccupées par ce sujet toute la journée ?

Si nous regardions avec plus d’altitude les possibilitĂ©s qui sont les nĂŽtres aujourd’hui, je vous dirais que nous ne devrions pas oublier que la conscience ainsi que l’amour sont bien plus contagieux que tout ce qui existe… car comme ce virus qui paraĂźt invisible aux yeux … il n’en demeure pas moins que nos qualitĂ©s intĂ©rieures se diffusent d’une maniĂšre bien plus profonde et en ce qui les concernent 
 le sont de maniĂšre irrĂ©versible.

François Breton