Qui suis-je ?

Mon parcours de vie

François Breton

Fruit d’un long parcours initiatique personnel et d’annĂ©es de voyages, de rencontres d’initiĂ©s et de MaĂźtres spirituels – de la cordillĂšre des Andes jusqu’aux richesses profondes de l’Inde ancienne – son expĂ©rience personnelle lui permet aujourd’hui de faire le lien entre de nombreuses traditions et de pouvoir partager l’essence de ces pratiques et de ces multiples enseignements spirituels.

Ses pratiques initiatiques et spirituelles depuis de nombreuses annĂ©es, sa sensibilitĂ© et son mĂ©tier de jardinier paysagiste lui ont permis d’approfondir ce contact avec les mondes subtils et de comprendre la richesse d’une collaboration consciente avec les esprits de la nature, les enseignants et guides de lumiĂšre par qui, il est accompagnĂ© et enseignĂ© depuis trĂšs longtemps.

C’est avec le cƓur et Ă©vidence, qu’aujourd’hui il accompagne les autres vers un retour profond et sincĂšre vers son vĂ©ritable Soi.

Une inspiration

Je suis nĂ© en 1976 et ai passĂ© mon enfance en terres bretonnes. Mais pas dans une petite chaumiĂšre dans le coeur sacrĂ© de la forĂȘt de BrocĂ©liande !

Pourtant, ça aurait pu ĂȘtre une parfaite introduction !
Mais bon
en tous cas, cette terre a su commencer Ă  m’initier Ă  ce vers quoi mes aspirations les plus profondes me poussaient inĂ©luctablement


HabitĂ© par une profonde envie de mieux connaĂźtre la vie, il a toujours Ă©tĂ© trĂšs difficile pour moi d’accepter une seule vision des choses ou d’entrer dans un systĂšme tout Ă©tabli sans pouvoir explorer par moi-mĂȘme les diffĂ©rentes facettes de la vie. Cela me valut d’ailleurs – bien que je fus un trĂšs bon Ă©lĂšve Ă  l’école – des difficultĂ©s avec le systĂšme scolaire et un dĂ©calage avec ce qui m’y Ă©tait proposĂ©.

A vrai dire, je pense que c’est de plus en plus courant chez les enfants dits « prĂ©coces » qu’ils ne se reconnaissent pas dans le systĂšme Ă©ducatif d’aujourd’hui !

La vie choisi Ă  mes dĂ©pends de me faire vivre alors que j’étais en 5 Ăšme, deux incidents graves Ă  caractĂšre raciste avec des professeurs et certains Ă©lĂšves. Cela me fit perdre confiance en une certaine justice de ce systĂšme.

Je me disais que la vie pouvait bien proposer autre chose que ce qui se prĂ©sentait Ă  moi jusqu’alors .

C’est Ă  ce moment-lĂ  que j’ai dĂ©cidĂ© d’explorer d’autres univers, d’autres maniĂšres de voir les choses.

Cela fut aussi aux dĂ©pends de ma rĂ©ussite scolaire ! Mais quelque chose en moi voulait respirer et entrevoir d’autres visions et façons d’expĂ©rimenter la vie.

Une envie d’ailleurs

Je me souviens encore, lorsque j’avais 15 ans, de soirĂ©es dans la forĂȘt oĂč je m’habillais avec des plumes et des peaux de bĂȘtes et jouait de la guitare et des percussions toute la nuit avec mes amis. Il est vrai que le clichĂ© fait un peu hippie !

Mais Ă  vrai dire je n’en Ă©tais pas loin et nos activitĂ©s, un peu marginales certes, Ă©taient au fond animĂ©es d’une intention encore fraĂźche et maladroite de nous unir et de « vibrer » au mieux avec ce que nous connaissions de la nature.

Il est vrai qu’ Ă  cette Ă©poque, mes seules envies tendaient vers l’apprentissage de l’école buissonniĂšre et sans m’en rendre compte, les buissons Ă©taient rapidement devenus forĂȘt !
MalgrĂ© mon potentiel, mon manque d’intĂ©rĂȘt pour l’école avait pris une proportion telle, que plus grand chose n’avait d’ importance et j’avais l’intime conviction que ce n’était pas sur ce sentier dĂ©jĂ  tout tracĂ© que la vie Ă  laquelle j’aspirais m’attendait 


La forĂȘt se densifiait au fur et Ă  mesure des rencontres

Pourtant mon envie d’apprendre Ă©tait grande et bien que je ne savais pas ce que je voulais, je savais ce que je ne dĂ©sirais plus ! Je voulais dĂ©couvrir la magie de la vie et pour cela je devais dĂ©couvrir d’autres horizons pour mieux apprendre Ă  me connaĂźtre.

Une expérience initiatique

Alors que j’étais encore mineur, je dĂ©cidais de quitter le foyer familial et de partir Ă  l’aventure; je parcouru ainsi le pays et l’étranger et dĂ©couvris bien d’autres façons de vivre et de voir les choses.

A cette Ă©poque, je ne me doutais pas de ce que je faisais vivre Ă  mes parents qui, par respect et ouverture d’esprit me laissĂšrent faire mon expĂ©rience
 Enfin
 je crois que j’étais devenu leur cauchemar Ă  moi tout seul !

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu une profonde aspiration mystique et une envie de dĂ©couvrir ce qui pouvait ĂȘtre au-delĂ  de la rĂ©alitĂ© commune et ordinairement acceptĂ©e.
Dans le sud de la France, je fis la connaissance d’un vieil ermite qui vivait dans une grotte et accepta de m’accueillir dans la forĂȘt dans laquelle il vivait.

Pour accĂ©der Ă  ce petit lieu magique nous devions marcher, depuis la plus petite route accessible en voiture, plus d’une journĂ©e Ă  pied. Je restai Ă  ses cotĂ©s presque 1 an et demi et appris Ă  vivre en autarcie dans le plus succint minimum vital.

Cette expĂ©rience bien qu’elle fut trĂšs initiatique me montra aussi Ă  quel point nous ne sommes rien sans les autres.
Ce fut une période riche et également une ouverture sur certains mystÚres de la nature.

Je me levais Ă  5 heures tous les matins et allais me laver Ă  la riviĂšre avant d’aller prĂ©parer le feu. Nous prenions ensuite le temps de partager des points de vue sur la vie et je me mettais ensuite au travail pour la journĂ©e entiĂšre.

Cette vie Ă©tait loin de l’oisivetĂ© et du confort quotidien que nous connaissons ordinairement dans notre sociĂ©tĂ© et elle eut l’intĂ©rĂȘt de me faire rĂ©aliser le profond lien que j’avais avec la nature ainsi que l’envie de percer plus profondĂ©ment ses secrets.

Une rencontre

Cette pĂ©riode me permit de me retrouver et je dĂ©cidais de revenir en Bretagne reprendre mes Ă©tudes pour travailler proche de la nature. Je choisis alors d’entreprendre des Ă©tudes de jardinier paysagiste.

Ce travail Ă©tait devenu une passion et je dĂ©vorais tout ce qui avait trait au vĂ©gĂ©tal et au fonctionnement de l’éco-systĂšme naturel.

A 19 ans, la vie m’offrit alors un cadeau que je considĂšre aujourd’hui comme inestimable. Je retrouvais deux amis d’enfance qui avaient alors entrepris un chemin initiatique avec un guide depuis quelques annĂ©es et qui m’invitĂšrent Ă  prendre part Ă  cette initiation avec eux.

Ces pratiques initiatiques chamaniques Ă©taient trĂšs puissantes et efficaces. Elles me rendaient autonome, m’ouvraient sur des perceptions nouvelles et je commençais enfin Ă  percevoir l’extra-ordinaire que je cherchais.

Comme certaines personnes qui ont une passion (les voitures, la mode, le sport 
) quand ils sont jeunes, ces pratiques devinrent la mienne et elles occupùrent une grande partie de mon temps.

Je pratiquais plusieurs heures par jour, me levais tĂŽt et partais parfois tout le week end en forĂȘt pour pratiquer. Et lorsque je ne travaillais pas, j’accordais toute la journĂ©e Ă  ces pratiques.
Ces exercices comprenaient des fixations du soleil, des balancements et girations du corps, un travail sur le rythme et la pensée rythmée, des exercices de concentration ainsi que des marches particuliÚres trÚs dynamiques.

Je peux dire aujourd’hui que ces pratiques sont celles qui commencĂšrent Ă  briser ma coquille tout en m’ouvrant de maniĂšre stupĂ©fiante aux multiples rĂ©alitĂ©s subtiles.

Un voyage enseignant

Ma soif de l’inconnu Ă©tait loin d’ĂȘtre abreuvĂ©e et vibrait encore en moi l’envie de dĂ©couvrir d’autres aspects initiatiques de la vie. L’univers me le proposa en fin d’études par une pluie ininterrompue qui dura pendant plus de 2 mois !
Devant me changer deux fois par jour et souvent remettre des vĂȘtements encore mouillĂ©s pour aller travailler, je dis Ă  l’univers que s’il continuait encore Ă  pleuvoir pendant 1 semaine je quitterais la rĂ©gion bretonne dĂ©finitivement !
Il m’avait entendu ! La pluie continua encore pendant 2 semaines


AprĂšs mes examens rĂ©ussis, je pris alors un billet d’avion « aller sans retour » pour Rio de Janeiro au BrĂ©sil ! Je partis alors pour une longue traversĂ©e de l’AmĂ©rique du Sud Ă  pied et en stop


Cette aventure me permit d’entrer en contact avec bien d’autres cultures, de connaĂźtre et de vivre auprĂšs de nombreux chamans et initiĂ©s dans la forĂȘt Ă©quatoriale ainsi que dans les hauteurs perdues de la cordillĂšre des Andes.

J’ai mĂȘme trouvĂ© le moyen de me perdre pendant plusieurs jours dans la forĂȘt amazonienne ! La vie ne manque pas de moyens quand nous dĂ©cidons d’apprendre Ă  nous connaĂźtre et a priori j’avais dĂ©cidĂ© de l’éprouver dans la difficultĂ© ! Je ne revins que plus de 2 ans plus tard, aprĂšs avoir visitĂ© et travaillĂ© dans de nombreux pays sur la route


Le dĂ©sir d’une autre vie

C’est en ArdĂšche que j’élus domicile avec ma compagne. Nos chemins aventureux s’étaient croisĂ©s dans les montagnes boliviennes pour tenter amoureusement de n’en faire qu’un. Nous avions Ă  coeur de construire un nid qui nous correspondrait et nous permettrait d’ĂȘtre proches de la nature.

Nous avions parcouru tout le sud de la France en prenant de nombreux critÚres en compte et en restant vigilants aux signes et aux synchronicités qui nous indiqueraient le lieu le plus adéquat.

C’est dans un petit coin de montagne sauvage au milieu de forĂȘts de chĂątaigniers que nous avons trouvĂ© ce lieu propice au calme, que nous recherchions.

Nous vĂ©cĂ»mes plusieurs annĂ©es au milieu des bois dans une yourte que nous avions construite avec les matĂ©riaux qui nous semblaient les plus adĂ©quats. Là
 nous ne sommes pas trĂšs loin du clichĂ© de la petite cabane de la forĂȘt de brocĂ©liande !

J’avais montĂ© mon entreprise de paysagiste qui fonctionnait trĂšs bien. Durant cette pĂ©riode mes pratiques Ă©taient plus profondes et mes expĂ©riences commençaient Ă  me laisser entrevoir l’esquisse du chemin vers lequel la vie m’emmenait Ă  son rythme


Mais surtout, elles commençaient aussi Ă  me montrer leurs limites et mettaient le doigt sur un vrai travail intĂ©rieur qui devait ĂȘtre fait pour continuer Ă  grandir. Moi qui avais imaginĂ© que mes pratiques mĂ©ditatives, Ă  elles seules, pouvait me permettre d’ouvrir les espaces auxquels j’aspirais ! Je me mettais le doigt dans l’oeil !

Bien que timide dans l’idĂ©e de me livrer, de dĂ©baller mes blessures cachĂ©es Ă  autrui, j’y Ă©tais prĂȘt et m’attelais sĂ©rieusement Ă  un dĂ©veloppement personnel en acceptant un vrai accompagnement thĂ©rapeutique.

Comme les arbres qui entouraient notre petit nid, je continuais à grandir à mon rythme et fus aidé pour cela par de nombreuses rencontres sur ma route


La rencontre avec le divin

AprĂšs quelques annĂ©es, nous avions vĂ©cu le chemin que nous devions parcourir ensemble et nous dĂ©cidĂąmes d’un commun accord de poursuivre notre chemin chacun de notre cotĂ©. Je restai vivre sur le terrain.

Je jardinais beaucoup dans des propriĂ©tĂ©s secondaires isolĂ©es dans la montagne, et il m’arrivait de ne voir personne pendant plusieurs jours ; mes pratiques purent alors s’intensifier. Cette pĂ©riode enchantĂ©e marqua la fin d’un cycle et le dĂ©but d’un changement total dans ma façon d’apprĂ©hender la mĂ©ditation et mes pratiques quotidiennes.

Les expĂ©riences Ă©taient de plus en plus fortes, je commençais Ă  vivre mes premiĂšres profondes montĂ©es de Kundalini. Ce fut pour moi une Ă©poque d’effondrement de mes systĂšmes intĂ©rieurs et sans aucun doute de profondes rĂ©vĂ©lations intĂ©rieures.

Mes moments de mĂ©ditation s’étaient transformĂ©s en moments d’extase dans lesquels je pouvais rester plusieurs heures et oublier toute rĂ©alitĂ© extĂ©rieure.

Mes mĂ©ditations s’étaient transformĂ©es en douces et puissantes descentes de lumiĂšre qui finissaient parfois, au bout de plusieurs heures, par me mettre soit KO pour la journĂ©e, soit me donner une Ă©nergie parfois difficilement canalisable ! Ces expĂ©riences me mirent en contact avec une bienveillance « consciente », un infini « aimant » ; en cela je qualifierais cette pĂ©riode de premiĂšre vraie rencontre avec le divin.

J’utilise ce mot « Divin » pour exprimer cette grĂące vivante avec laquelle je fus mis en contact au centre de mon cƓur et aussi par les expĂ©riences mystiques que je vĂ©cus pendant tous ces mois dans des plans supĂ©rieurs de conscience.

J’avais dĂ©jĂ  considĂ©rablement dĂ©veloppĂ© de nombreuses capacitĂ©s subtiles et ce fut le dĂ©but d’un « chemin » vers quelque chose qui n’était plus de l’ordre des myriades d’expĂ©riences et de voyages dans des mondes les plus Ă©tranges les uns que les autres, mais vers une rencontre plus intime avec ce que nous sommes dans notre essence.

Parce que ne nous y trompons pas ! Les exercices de dĂ©veloppement des capacitĂ©s subtiles ne constituent pas une fin en soi, mais ils peuvent ĂȘtre une voie pour permĂ©abiliser notre conscience ordinaire Ă  une conscience plus haute et plus profonde. Cette pĂ©riode est sans aucun doute celle qui a fait naitre en moi la Foi profonde en une prĂ©sence qui Ă©coute, veille, guide et aime inconditionnellement 


L’enseignement des mondes subtils

Je me souviens encore, lorsque j’avais 15 ans, de soirĂ©es dans la forĂȘt oĂč je m’habillais avec des plumes et des peaux de bĂȘtes et jouait de la guitare et des percussions toute la nuit avec mes amis. Il est vrai que le clichĂ© fait un peu hippie !

Mais Ă  vrai dire je n’en Ă©tais pas loin et nos activitĂ©s, un peu marginales certes, Ă©taient au fond animĂ©es d’une intention encore fraĂźche et maladroite de nous unir et de « vibrer » au mieux avec ce que nous connaissions de la nature.

Il est vrai qu’ Ă  cette Ă©poque, mes seules envies tendaient vers l’apprentissage de l’école buissonniĂšre et sans m’en rendre compte, les buissons Ă©taient rapidement devenus forĂȘt !
MalgrĂ© mon potentiel, mon manque d’intĂ©rĂȘt pour l’école avait pris une proportion telle, que plus grand chose n’avait d’ importance et j’avais l’intime conviction que ce n’était pas sur ce sentier dĂ©jĂ  tout tracĂ© que la vie Ă  laquelle j’aspirais m’attendait 


La forĂȘt se densifiait au fur et Ă  mesure des rencontres

Pourtant mon envie d’apprendre Ă©tait grande et bien que je ne savais pas ce que je voulais, je savais ce que je ne dĂ©sirais plus ! Je voulais dĂ©couvrir la magie de la vie et pour cela je devais dĂ©couvrir d’autres horizons pour mieux apprendre Ă  me connaĂźtre.

Un travail pour la terre

Pendant plusieurs mois, se prĂ©sentaient Ă  moi, chaque jour, des prĂ©sences diffĂ©rentes qui m’enseignaient sur la nature de la conscience et les forces de la nature.

Cette période nécessita une grande épuration intérieure et cela ne fut pas une époque des plus faciles ! De grandes présences me prirent en charge et cela mis en lumiÚre mes déséquilibres et me demanda de faire face à mes plus grandes peurs.

Je peux vous dire que l’on peut ne pas s’ennuyer mĂȘme seul dans les montagnes !

Cette initiation compte parmi celles qui furent dĂ©cisives dans mon envie d’oeuvrer pour la terre et de sentir en moi le germe vivant de cette possibilitĂ©.

Leur proposition Ă©tait de me former Ă  un partenariat avec les esprits de la nature, mais pour cela je devais apprendre Ă  mieux les connaĂźtre et apprendre Ă  mieux utiliser mes corps subtils.

Il m’apprirent Ă  collaborer dans le respect de la nature et m’entraĂźnĂšrent Ă  nettoyer certaines vallĂ©es, rĂ©Ă©quilibrer des espaces naturels perturbĂ©s et harmoniser certains lieux.
Je dus m’intĂ©resser Ă  cette Ă©poque aux techniques d’harmonisation de l’habitat (gĂ©obiologie) pour comprendre ce qui se faisait dans le « milieu » et rĂ©aliser que cela faisait malheureusement figure de prĂ©histoire par rapport aux possibilitĂ©s que pouvait offrir un vrai partenariat avec les forces de la nature.

Ce manque de reliance avec la nature (en gĂ©obiologie) m’apparaĂźssait presque primitif et trop mental compte tenu de l’ampleur des complexitĂ©s vibratoires que je pouvais constater.
C’est ainsi qu’est nĂ©e l’approche que j’ai appelĂ©e par la suite Holosynergie.

Une collaboration du nouveau millénaire

Ce partenariat ne s’arrĂȘtait pas aux esprits de la nature, mais prenait en compte de nombreux plans de conscience ainsi qu’une vraie collaboration avec les prĂ©sences des plans de lumiĂšre.

L’Holosynergie s’avĂ©rait ĂȘtre une vĂ©ritable orchestration d’informations Ă  transmettre sur diffĂ©rents plans afin que les interventions puissent ĂȘtre harmonieuses et ordonnĂ©es.
Ce fut une Ă©poque ou je constituais des « Ă©quipes » sur diffĂ©rents plans de conscience dans l’optique d’offrir les meilleurs qualitĂ©s de chacun dans les espaces oĂč il nous Ă©tait proposĂ© d’intervenir.

Cela peut sĂ»rement paraĂźtre fou pour certains d’entre ceux qui lisent ces lignes!

Ce fut pourtant mon quotidien pendant de nombreux mois, les résultats étaient stupéfiants et changeaient les choses de maniÚre vraiment concrÚte aprÚs chacune de nos interventions.

Un changement de cap

Je travaillais beaucoup la terre mais dû trouver le temps pour construire tout seul une belle maison ossature en bois, qui pris sa place sur le terrain qui domine la vallée.

De nombreuses personnes commencĂšrent Ă  me contacter, demandant de l’aide pour la comprĂ©hension des problĂšmes qu’ils pouvaient vivre sur leur lieu et afin d’y remĂ©dier.

Mon partenariat avec les esprits de la nature se diversifia aussi bien pour intervenir sur un terrain en construction, une maison, un appartement ou en entreprise.

Mon initiation continua par des enseignements plus complexes et offrant des possibilités beaucoup plus larges.
Comme dans toute discipline, l’enseignement s’adaptait à mon altitude, ma largeur et ma profondeur d’esprit du moment.
Cet enseignement ne s’arrĂȘtait pas Ă  la seule collaboration mais couvrait aussi la comprĂ©hension et la mise en relation avec de nombreux plans de crĂ©ation ainsi qu’une approche beaucoup plus globale de l’évolution de la conscience que celle que nous connaissons.

Une spiritualité naissante

Etant trĂšs autodidacte dans ma maniĂšre d’apprendre et de vivre les choses, il m’a toujours Ă©tĂ© nĂ©cessaire d’éprouver complĂštement ce Ă  quoi j’aspirais et d’essayer de me donner tous les moyens pour cela. Toutes mes pratiques m’avaient ouvert les portes de possibilitĂ©s qu’il me fallait Ă  prĂ©sent vĂ©ritablement faire fleurir en moi.

Cette chance de pouvoir vivre ces rencontres subtiles et d’oeuvrer grñce à ce partenariat ne constituait pas non plus une fin en soi. Au contraire mon aspiration profonde envers le divin, ne faisait que grandir de jour en jour


Je pris le temps de voyager et de partir Ă  la rencontre de quelques enseignants Ă©veillĂ©s et maĂźtres rĂ©alisĂ©s. Bien que j’étais assidu et passionnĂ© par toutes mes lectures traitant de spiritualitĂ©, d’éveil, de rĂ©alisation .. tout ce qui fait rĂȘver et mĂȘme parfois stagner un aspirant spirituel! Cela ne suffisait pas.

Il me fallait aller Ă  la rencontre de la Terre d’oĂč viennent des enseignements millĂ©naires et accessibles qui vĂ©hiculent l’épanouissement des plus belles valeurs de l’homme
 L’Inde.

La vie, Ă  l’écoute de nos souhaits profonds, sait agir dans les profondeurs et incarner ce dont nous avons besoin. Elle s’organisa cette fois-ci pour me mettre, peu de temps aprĂšs, un livre de Sri Aurobindo dans les mains.

Cette lecture fut pour moi une source de grand Ă©claircissement. Je vis dans son enseignement toutes les Ă©tapes par lesquelles j’étais passĂ© et une grande partie de la mĂ©canique subtile que j’avais dĂ©jĂ  apprĂ©hendĂ©.

Cela fut si clair, si Ă©vident.. son enseignement intĂ©grait aussi bien les expĂ©riences mystiques, que l’énergie, les forces de la nature et le divin dans ses plus bas et ses plus hauts aspects ainsi que l’impersonnalitĂ© de l’ĂȘtre; son travail est la synthĂšse d’une connaissance profonde de toutes les traditions du monde.

Bien sĂ»r, j’étais loin de ses expĂ©riences et rĂ©alisations mais j’y sentais une vĂ©ritĂ© sur laquelle je n’avais pas encore pu mettre de mots.

Ses ouvrages traitaient d’une vision intĂ©grale de la vie, hors dogme, religion ou lignĂ©e spirituelle et offraient une vue profonde sur des espaces de rĂ©alisation qui n’entrent pas encore dans le champ de nombreuses traditions spirituelles.
Et Dieu sait si par passion, je n’avais pas dĂ©jĂ  Ă©cumĂ© de nombreux traitĂ©s et des centaines de livres sur les courants mystiques traditionnels, religieux et de tous types de spiritualitĂ©s !

C’était dĂ©cidĂ©, cette lecture venait d’ achever ce qui en moi rĂ©sistait encore Ă  un nouveau voyage et m’avait convaincu de partir pour un nouveau pĂ©riple. Je partis pour quelques mois, direction l’Inde
 Le Golfe du Bengale !

Une spiritualité naissante

L’Inde est un pays particulier, empreint d’une magie rare et ceci est encore palpable Ă  notre Ă©poque.

Sur cette terre sacrĂ©e, qui m’attire encore chaque annĂ©e, j’ai pu rencontrer des maĂźtres de nombreuses traditions et recevoir les conseils de certains avec qui je me suis liĂ© d’amitiĂ© et reste en contact aujourd’hui.

Bien que mes pratiques continuent de m’offrir de profonds changements intĂ©rieurs, ma recherche s’est transformĂ©e en une acception profonde de la vie et ma posture intĂ©rieure se tente Ă  un abandon de plus en plus profond au Divin.

Transmission

Ma vision de la spiritualitĂ© est aujourd’hui quelque chose de simple et d’accessible car la vie est spirituelle par nature.
Notre plus grande difficultĂ© est souvent d’arriver Ă  faire la paix avec nous-mĂȘme, avec la vie en gĂ©nĂ©ral et d’avoir confiance dans le fait que tout cela a un sens.

Quand nous avons franchi cette Ă©tape, nous pouvons alors rĂ©aliser que nous ne pouvons grandir que dans la relation.. la relation Ă  soi, celle avec le divin et surtout celle qui vient souvent en dernier et la plus importante, la relation sincĂšre avec l’autre.
Cette derniĂšre est la plus difficile mais aussi celle qui nous fait le plus grandir.

Il n’y a pas de danger Ă  apprendre Ă  s’accepter. Il peut ĂȘtre sĂ©curisant de sentir Ă  quel point nous sommes aimĂ©s par le divin, mais il nous paraĂźt dangereux de nous ouvrir Ă  l’autre et de nous sentir vulnĂ©rable quand nous lui ouvrons notre coeur.
La spiritualité se situe au coeur de cette entreprise et les diverses techniques et méthodes tentent de nous offrir des moyens pour apprendre à vivre mieux et à approfondir ces différentes relations.

Trouver un Ă©quilibre est un travail de tous les jours et l’évolution de notre conscience est infinie par nature.

Voici une vidéo pour tous ceux qui veulent en savoir plus...

Découvrir les formations en présence

Reliance

DĂ©velopper une vision d’ensemble cohĂ©rente des traditions et techniques spirituelles du monde entier

Esprit de la nature

DĂ©couvrir les mondes invisibles et
collaborer avec les esprits de la nature